L'atelier de Rosa Bonheur

Depuis le 25 mai 1899, le temps s'est arrêté dans l'atelier de Rosa Bonheur. 

 

Tout est là ...

 

Sa blouse brodée, son chapeau, ses bottines, ses palettes, ses pinceaux, ses couleurs, ses carnets de croquis ou ses notes, jusqu'à ses mégots de cigarettes. Les effluves de térébenthine se mêlent au parfum de violette de l'artiste... Nul besoin de reconstitution, il suffit simplement de se laisser porter.

 

 

Sans dispositif de muséographie contemporaine ni reconsitution, les visites guidées de l'atelier précipitent les visiteurs dans un XIXe siècle plus vrai que nature. Les archives découvertes permettent aujourd’hui de conter Rosa Bonheur de façon inédite.

Rosa Bonheur

 

Peintre animalier du XIXe, Rosa Bonheur est certainement l’artiste peintre la plus célèbre et la plus vendue de son siècle, tant en France qu’en Angleterre et aux Etats-Unis. Sa carrière internationale est éblouissante : vivant de son art dès l’âge de 14 ans, elle est la première femme artiste à recevoir la Légion d’honneur de la main de l’impératrice Eugénie. Ne devant sa réussite qu’à elle-même et à son talent, elle force le respect de ses contemporains : Georges Bizet, Buffalo Bill, la Reine Victoria, Napoléon III, Victor Hugo… 

 

Première femme à s'acheter un bien immobilier grâce au fruit de son travail, Rosa aquiert le château de By en 1859. Elle y passera les 40 dernières années de sa vie. 

 

L’artiste touche aujourd’hui par son étonnante modernité. Cette petite femme d’1m50, s’est battue tout au long de sa vie pour « élever la femme » et montrer que « le génie n’avait pas de sexe ». Armée de ses pinceaux et de son pantalon elle arpentait les forêts et les foires aux bestiaux pour croquer ses modèles. Amoureuse de la nature et des animaux, elle s’est battue aux côtés de Denecourt pour préserver la forêt de Fontainebleau et clamait haut et fort que les animaux avaient « une âme », pensée rarissime au XIXe siècle. 

« Mon père, cet apôtre enthousiaste de l'humanité, m'a bien des fois répété que la mission de la femme était de relever le genre humain, qu’elle était le Messie des siècles futurs. Je dois à ses doctrines la grande et fière ambition que j’ai conçue pour le sexe auquel je me fais gloire d’appartenir et dont je soutiendrai l'indépendance jusqu’à mon dernier jour. »

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Château de Rosa Bonheur - Nous suivre sur Facebook et Instagram